Groupes de travail

BIMARCHIS a mis en place un certain nombre de groupes de travail afin de réfléchir, écrire et partager des réflexions communes à la profession. Ceux-ci sont ouverts à la participation de tous et encadrés par un responsable membre du Conseil d’Administration

Glossaire

Resp : Samuel LOCUS

Les termes entourant le monde du BIM vont, changent et se transforment.  Si un certain nombre de termes sont aujourd’hui communément admis, communs et invariants, il en existe de nombreux qui sont encore sujets à interprétations.

Ces interprétations sont couramment sujettes à des demandes faites aux architectes conduisant à des prestations non prévues et donc à la diminution de nos marges de manœuvres déjà faibles.

Ce groupe de travail travaille en étroite collaboration avec tous les autres. Il est essentiel à la bonne définition et à la compréhension de ce que chacun doit savoir et faire.

La Convention BIM

Resp : Thierry BERNARDOUX

Ce groupe de travail a pour objectif la rédaction d’une Convention BIM type, utile à tous les architectes, faites par eux et pour eux. Elle est initiée à partir des différents modèles déjà utilisé par les membres de BIMARCHIS et met en avant les pièges et les difficultés des Conventions BIM imposées aux architectes par ses partenaires, membre du groupement de maitrise d’œuvre ou par les prestataires externes.

Le Cahier des Charges BIM, composante du programme, est l’une des composantes essentielles à la compréhension des mécanismes et exigences qui en découlent.

Référentiels

Resp : Alain JACQUET

Ce groupe de travail a pour objectif d’informer les membres de l’association des documents de référence BIM existants et d’influer sur les travaux en cours dans l’intérêt des architectes.

A cette fin, le groupe de travail se propose :

  • De répertorier les normes et référentiels BIM
  • D’en décrypter les intérêts pour les architectes
  • D’en évaluer les contraintes de mise en œuvre
  • De proposer une présentation vulgarisée de certains référentiels ou normes d’après l’expérience des architectes les ayant utilisés
  • D’évaluer les possibilités d’orientation des acteurs des commissions de normalisation afin de faire entendre et prendre en compte les convictions consensuelles des architectes de bimarchis

Le groupe sera aussi à l’affût des pratiques BIM proposées ou imposées, par exemple dans des cahiers des charges BIM, afin d’en analyser les principes et les incidences, en comparaison avec des référentiels BIM.

La protection des intérêts des architectes dans les commissions de normalisation est un enjeu important de la définition de nos futures pratiques. Une fois les normes publiées, la profession risque d’en subir les conséquences. C’est pourquoi une réflexion sur les sujets de fonds puis des échanges avec les acteurs de ces commissions sont nécessaires.

Ces travaux seront étayés par des échanges, souhaités, avec l’Ordre des Architectes et l’UNSFA, tous deux actifs sur ces sujets, et si possible avec les autres organisations professionnelles de la filière.

Contrats, Missions, Rémunérations

Resp : Thierry BERNARDOUX

Ce groupe de travail a pour objectif la lecture des problématiques contractuelles que croisent les architectes. Que ce soit autour de la Loi MOP et de ses différentes composantes ou des contrats privés, il existe des invariants contractuels auxquels il convient de ne pas déroger afin de préserver les intérêts de la pratique de notre métier au regard des missions qui nous sont confiées. La lecture croisée avec le discours des différentes institutions représentatives de notre métier et ce pour quoi les architectes sont assurés, ou pas, est également une composante essentielle aux réflexions de ce groupe de travail.

La définition des missions confiées à l’architecte, nouvelles ou existantes, dont l’avènement du BIM bouscule les habitudes, les réflexes et les responsabilités devient une donnée d’entrée essentielle de nos contrats, responsabilités et rémunérations futures. 

La question centrale des relations de l’architecte avec ses différents partenaires, qu’ils soient Maitre d’Ouvrage public, privé ou entreprise, conditionne grandement ses responsabilités et ses engagements alors qu’il se trouve très souvent contraint d’être à l’initiative de la mise en place du processus BIM.

La relation que l’architecte entretient avec ses partenaires naturels que sont les Ingénieries, les Economistes et les différentes formes de Direction de travaux, se trouve également perturbée et nécessite à la fois une mise au point et la mise en place d’une normalisation des rôles des uns et des autres, à la fois dans la responsabilisation et dans le partage des missions.

Assurance, droit

Resp : Elodie GODO

Depuis quelques années la MAF a initié un groupe de réflexion autour de la responsabilité de l’architecte et des risques entourant la mission de BIM Management.

Aujourd’hui, force est de constater que si la mission de BIM Management est reconnue et assurée par la MAF, nous considérons qu’il reste des détails liés aux objectifs et aux cas d’usages dont le BIM Management ne peut être tenu pour responsable. 

Véritable enjeu stratégique en termes de responsabilité à risque, il est plus qu’important de réfléchir et assurer aux architectes que, qu’ils soient BIM Manager ou simple Contributeur, leur responsabilité n’ira pas au-delà des missions pour lesquelles ils sont rémunérés.

Cette réflexion nécessite d’effectuer un point préalable sur le contexte juridique du BIM en France à ce jour.

Organisation interne

Resp : Samuel LOCUS

Architecte, cette association a été pensée pour vous. Si vous avez envie de participer à cette aventure naissante et importante que représente la définition de la place de l’architecte et des missions qui peuvent lui être confiée au sein du processus BIM, faites nous-le savoir en nous l’indiquant via notre formulaire dans notre page contact.